Situation de l'éolien en France

Parc installé

En France, la puissance éolienne raccordée au réseau au 1er janvier 2014 est de 8 465 MW. Cela représente environ 4 200 éoliennes réparties dans 710 parcs éoliens. Actuellement, environ 500 éoliennes sont mises en service en France chaque année, soit plus de 1 000 MW.

Toutefois si l’éolien terrestre continue à progresser, l’éolien maritime (dit offshore) n’est pas encore développé en France. A ce jour (début 2014), un parc éolien en mer d’une puissance de 105 MW est autorisé au large de Veulettes-sur-Mer (Côte d’Albâtre), mais il n’est pas encore construit. L'éolien Offshore est bien plus développé dans d’autres pays d’Europe comme le Royaume-Uni ou le Danemark.

Les finances de l'éolien

Le transport des éléments d’une éolienne grâce à la voie ferrée à un double impact, celui de la réduction significative des délais d’acheminement, et celui de rejeter beaucoup moins de CO2 qu’entraînerait le transport par la route ou par voie fluviale. Ainsi le transport d’éoliennes par les voies ferrées est de l’ordre de 15% moins cher que les transport traditionnels.
Une éolienne fonctionne 25% de son temps à plein régime, et elle produit de l’électricité 80% du temps, la production n’étant pas aléatoire, c’est un bon rendement. Cependant quand la distance d’une éolienne est de plus de 10km du réseau électrique français, ce n’est pas rentable de la construire, car le raccordement de l’éolienne en question au réseau électrique serait trop onéreux et donc pas rentable, c’est une contrainte économique. Une éolienne à malgré tout une durée de vie de 20 ans, ce qui est moins qu’une centrale nucléaire par exemple mais ce qui est notable, et son cout de démantèlement est de 30 000 à 40 000€ et c’est un coût qui est pris en charge par les constructeurs. C’est la loi, ils doivent s’en acquitter. Mais la maintenance d’une éolienne coûte cher, et est difficile à mettre en oeuvre, des interventions exceptionnelles sont parfois commanditées pour effectuer la remise en fonction d’une éolienne, c’est une contrainte économique aléatoire lié au fait de dysfonctionnement.

Exemple

Un parc éolien d’une cinquantaine d’éolienne coûte environ 13 millions d’euros, la marge EBITDA est de 78% (Earning Before Interest Taxes Dépréciation and Amortization), et le bénéfice net, une fois déduits les amortissements de crédits et l’impôt, serait autour de 15% de chiffre d’affaires pendant 15 ans, ce qui est non négligeable.

Un gisement conséquent

La France bénéficie d’un gisement éolien important, le deuxième en Europe, après les Îles britanniques. Les zones les plus adaptées à l'exploitation des éoliennes en France sont la Bretagne, les Pays de la Loire, le Limousin, le Poitou Charente, le Nord-Pas-de-Calais, les contours de la Méditerranée et les zones en bordure du Rhône de la région Rhône Alpes comme matérialisées sur cette carte (source : Ademe) :​

gisement vent france éolien
gisement france éolien offshore
La France, pourtant forte du deuxième gisement éolien en Europe, n'a pour l'heure pas planifié le déploiement de l'éolien en mer au-delà des deux appels d'offres qui viennent d'être lancés (les quatre parcs de Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Nazaire et Saint-Brieuc soit 2 000 MW au total)
Les professionnels de l'éolien ont identifié un gisement potentiel de 80 000 MW au large des côtes françaises. 80 000 MW représentent 13 000 turbines de 6 MW comme en construise Siemens ou Alstom. FEE estime que, pour des raisons d'acceptabilité, les éoliennes devront être plantées au-delà de dix kilomètres de la côte.

Évolution et répartition de la puissance raccordée

Dans cinq régions françaises, la puissance éolienne installée dépasse aujourd’hui les 650 MW : en Champagne-Ardenne, Picardie, Lorraine, Bretagne et Centre. La région Champagne-Ardenne est en tête avec une puissance installée de plus de 1 000 MW, suivie de près par la Picardie.

éolien france puissance raccordée 2013
évolution puissance parc éolien france depuis 2009

La production française d'électricité en 2012 a représenté un total de 541,5 TWh dont la majeure partie est issue du nucléaire. Les énergies renouvelables, dont fait partie l'éolien, représentent une infime partie de la production d'électricité. Parmi les énergies renouvelables, l'éolien occupe la 2ème place. C'est toutefois l'énergie qui a le plus progressé ces 10 dernières années. Mais fin 2012, l'énergie éolienne ne représentait que 2,7% de la production électrique totale de la France (source EDF) :

edf part éolien france électricité
france part de l'éolien dans l'électricité d'origine renouvelable

Situation de la France par rapport aux autres pays

La France se situe au 8ème rang mondial des capacités installées par pays, les quatre premiers étant la Chine (75 564 MW), les Etats-Unis (60 007 MW), l’Allemagne (31 332 MW) et l’Espagne (22 796 MW). Cette situation est cependant amenée à évoluer, puisque les croissances les plus fortes sont à chercher en Chine (30 % de la nouvelle capacité, avec 13,2 GW), suivie de près par les Etats-Unis (29 %, 13,1 GW) et l’Union européenne (26 %, 11,6 GW).

production énergie éolienne par pays 2012

Coût de l'électricité éolienne

Le rendement d’une éolienne dépend de plusieurs facteurs majeurs : de la puissance du vent, de son exposition à celui-ci, de son prix d’achat et de son cout d’exploitation. Il faut savoir que plus la puissance d’une éolienne est forte, plus son prix au MW est faible, et plus le mât d’une éolienne est haut, plus l’énergie captée dans le vent sera importante. Les éoliennes créent de l’emploi local et assurent également des retombées financières aux régions qui accueillent ce type d’installations. L'éolien, grâce à sa technologie parvenue à maturité, ne représente aujourd'hui qu'un surcoût de 30 % à 50 % par rapport à l'électricité d'origine nucléaire. Ainsi, le grand éolien, dispositif industriel dont la puissance peut atteindre 6 MW, produit beaucoup d’électricité à un prix avantageux. Une éolienne nécessite un certain nombre de dépenses après sa mise en place, comme la maintenance, les pannes, l’assurance, les taxes, ce qui peut être source de question en terme de rentabilité.

L’élément majeur pour la production d’électricité est la vitesse du vent. Par exemple, sur un site balayé par des vents ayant une vitesse moyenne de 8 m/s, l’énergie captée par l’éolienne sera 2,4 plus importante que pour des vents moyen de 6 m/s. Cependant, les grosses éoliennes nécessitent plus d'entretien, et ont une durée de vie limitée à une vingtaine d’années. La rentabilité des projets éoliens est souvent critiquée et désapprouvée en raison de la hausse du prix de la production de l’éolien. Selon la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), le coût de production serait de 75 euros/MWh, pour un tarif moyen de rachat de l’électricité éolienne de 84 euros/MWh.

Cela implique, selon les études, que la filière éolienne pourrait en 2013 générer 20 000 emplois, dont 2 150 environ dans la gestion et la maintenance des parcs. L’énergie éolienne est désormais entrée dans une phase industrielle marquée par un dynamisme important et une croissance de près de 30% par an depuis 10 ans. En 2012, la filière représentait un marché de plus de 50 milliards d’euros et 670 000 emplois dans le monde. En France, les investissements dans ce domaine ne cessent d’augmenter : 2 milliards d’euros en 2011 à plus de 3,7 milliards d’euros en 2012. Les éoliennes nécessitent beaucoup d’entretien, ce qui crée de nombreux emplois.

D'un point de vue économique et social, l'énergie éolienne est avec l'hydroélectricité la forme de production d'électricité la plus écologique et la plus rentable. Moins chère à produire que l'électricité issue de la biomasse et six fois moins chère que l'électricité fournie par les panneaux photovoltaïques, l'éolien est aussi une énergie décentralisée qui crée beaucoup d'emplois.

L’éolien est parfois accusé d’être une source d’énergie coûteuse, notamment en raison du dispositif public de soutien dont il bénéficie. Pourtant, l’éolien est l’énergie décarbonée la plus compétitive après l’hydraulique. Le coût actuel de la production d’électricité à partir d’éoliennes fluctue entre 6 et 8 centimes d’euros le kWh pour un site avec des vitesses de vent faibles à moyennes, et peut tomber à 4 centimes d’euros pour des sites mieux ventés. Le vent étant une ressource gratuite, le coût potentiel de production de l’éolien est très faible. A terme, même avec l’arrêt du tarif d’achat, les éoliennes contribueront à faire baisser le coût de l’énergie.